Voyages

Une semaine pour découvrir Londres

londres_sky_garden_view

Mystérieuse, impressionnante, fantastique… Londres !

Je voulais revenir sur un voyage que j’ai fait en Mai, accompagnée de Mr Mite, dans cette ville fascinante. Je n’ai pas vraiment eu le temps de me consacrer au blog ces deniers temps à cause des partiels, du stage … toussatoussa. Mais maintenant que je me suis habituée à mon nouveau mode de vie 9h-18h, je vais pouvoir revenir en force avec plein de nouveaux articles !

Petite parenthèse fermée, revenons à ce voyage. Nous sommes donc partis en amoureux, main dans la main dans la capitale du Royaume Uni autrement appelée Old Smoke ou le melting pot. Nous avons bien entendu choisi la semaine la plus fraîche de printemps pour partir donc autant vous dire qu’on a eu très très froid. (On ne va pas se mentir, Londres c’est bien plus au nord que Marseille).

Du coup si jamais ce billet vous donne envie de faire vos valises, n’oubliez pas la petite laine. Elle peu servir.

Vendredi – Hello London and Camden Town !

12h, l’heure du débarquement !
Angleterre, nous voilà. A la sortie de l’avion, pas de temps à perdre : on doit trouver un moyen de rejoindre le centre ville car l’aéroport, Luton est à environ 1h15. Cependant, nous avions le choix : bus, taxis, uber ou train. C’est cette dernière solution que nous avons choisit car c’était la plus pratique pour nous. On en a eu pour 25£ les deux billets, pour arriver à la gare de Saint Pancras.
 Nous nous y sommes pris au dernier moment pour partir alors nous n’avons pas bénéficié du tout des meilleurs tarifs pour les transports. Si vous réservez à l’avance, vous pouvez avoir des réductions sur les trains et sur les bus.

Sortie de la gare
Un puissant vent glacé me fouette le visage. Je rentre de suite pour rajouter des couches et des couches de vêtements. Je n’avais pas prévu un temps si différent de Marseille, mais malheureusement ce n’est pas un cliché : Londres c’est le NORD. J’ai compris que la semaine allait être difficile.

Arrivée à l’hôtel
Ca y est on peut enfin se poser ! Nous avions trouvé un hôtel pas trop cher (pour Londres et pour avoir réservé au dernier moment) donc il n’était pas très bien situé ni hyper génial mais il a fait l’affaire. Bon si l’on oublie le fait que j’ai cassé une ampoule, j’ai réussi à fermer la salle de bain de l’extérieur, qu’on a entendu notre voisin dégobiller et des adolescents forniquer grâce à l’épaisseur des murs digne de celle d’un papier calque.

Direction Camden
On m’en a parlé et reparlé de ce quartier alors après avoir repris des forces à l’aide d’un burger et d’une bonne bière du restaurant de l’hôtel, direction Camden, le repère des punks, des fringues extravagantes ou originales, la terre natale d’Amy Winhouse bref, le quartier rebelle qui devient hype. Nous nous sommes dit que l’on ferait une moitié aujourd’hui et l’autre le dernier jour. Nous n’avons alors vu que la surface : les grosses boutiques avec leurs façades toutes plus voyantes et originales les unes que les autres.

Camden graphittis

Nous sommes également allés à l’entrée du Camden Lock Market. Nous avons passé un pont qui aurait pu être très romantique sans les touristes qui se prenaient en photo un peu partout (un peu comme nous) et fait le tour des stands de nourriture qui nous ont donnés l’eau à la bouche. A peu près toutes les origines étaient présentes, il n’y avait que l’embarras du choix.

Ensuite, repos dans le Regent’s Park avant de repartir pour l’hôtel. J’étais très impressionnée de voir qu’à peu près tous les parcs ici ressemblent à de grands terrains de golfs tellement il y de grands espaces composés uniquement d’une pelouse impeccablement entretenue.

Samedi – Soho, shopping and museum

Le bus
Pour se déplacer, Nous avons choisis de prendre le bus. Je n’étais pas hyper emballée au début mais il faut savoir qu’à Londres ça reste l’un des moyens les plus pratiques pour se déplacer car il y en a partout, tout le temps, et en plus ils ont deux étages. On peut profiter de la vue à condition de ne pas trop avoir le mal des transports (ça secoue).

Et là vous allez me dire mais c’est une ville, c’est pas chiant les bouchons pour se déplacer en bus ? Eh bien non ! Comme il faut payer une taxe pour rentrer en voiture dans la ville, il y en a beaucoup moins. C’est bien loin de la circulation à Marseille!

Si vous voulez voyager en bus munissez vous d’une oyster card, Nous avons pris celle à 5£ qui illimitée toute la journée. Sinon, vous pouvez payer par carte dans le bus avec le sans contact mais le mien ne marchait pas là bas et impossible de payer avec la même carte pour différentes personnes, le chauffeur était catégorique. Enfin, jusqu’à ce que je râle un bon coup sans savoir qu’il était français, qu’il comprenait depuis le début et qu’il finisse par nous laisser passer. Du coup, vous pouvez toujours essayer.

Le British Museum
Autre chose à savoir : à Londres, les musées nationaux sont gratuits pour les expositions principales. Du coup, on en a sacrément profité.
Le British Muséum était très intéressant, on y trouve vraiment de tout, concernant différentes parties de l’histoire dans les différents continents. Visiblement, l’Egypte attire beaucoup, beaucoup de monde.

Un peu de shopping à Soho
Soho c’est comme à Manhattan, c’est un peu le quartier où faire son shopping.

Nous avons d’abord commencé par Neal’s Yard, une petite rue toute colorée et très jolie. Très « pittoresque » comme on dit.

Nous nous sommes ensuite perdus dans les rues parfois étroites, parfois grandioses, agrémentées de lampions pour la partie asiatique, ou encore d’ampoules, et bien sur de briques rouges. Parmi les pubs aux façades sombres et au moulures dorées, on en a choisit un pour se reposer le temps de savourer une délicieuse bière fruitée au doux nom de Camden Pills (oui encore, on est au pays de la bière après tout).

 

Le repos c’est bien, mais on a encore du pain sur la planche alors on repart en direction des friperies comme Beyond retro et d’autres dont j’ai oublié le nom. Je trouve que les friperies de Londres sont assez chères. Il y en a beaucoup et comme c’est très prisé, ils ne se privent pas de monter les prix. Je suis alors revenue sans fripes mais pas sans vêtements.

Nous sommes passés sur l’Oxford Street, le rue de toutes les grosses chaînes au grand désespoir de Mr mite. Je l’ai même emmené à Primark où j’ai ramené quelques trucs fantastiques ainsi qu’à New Look.

Mais Soho c’est aussi des boutiques originales que je voulais absolument visiter :
* Liberty, une sorte de galeries Lafayettes avec des produits de créateurs, des tissus liberty, de la papeterie… le tout dans une déco « so british ».
* Hamleys, le magasin aux milles et un étages remplis de jouets (il y en a même un réservé pour Star Wars, je dis ça je dis rien…)

Liberty

Entre temps nous avons trouvé un restaurant où se ravitailler en énergie et où reposer nos pieds qui commençaient à brûler. Nous avions initialement prévu d’aller à The breakfast club, un restaurant de pancakes très réputé (je voue un culte aux pancakes) mais comme il y avait la queue à toute heure de la journée, on s’est rabattu sur le Red Dog saloon que je recommande chaudement. Ils ne servent que des trucs pas vraiment healthy soit : des burgers, des ailes de poulet frit ou encore des ribs.
Malgré l’énorme envie de faire la sieste après ça, on continue notre périple vers Picadilly circus, une place très connue mais pas si exceptionnelle.

Dimanche – Tourist day

Les musées
Ce que j’aime dans les voyages, ce sont les surprises, les choses un peu inattendues. Et ce jour là nous avions eu une belle surprise en descendant du bus en tombant sur le Victoria and Albert Museum. Ce n’était pas au programme mais comme on est tombé dessus par hasard, on a voulu y faire un tour. A la base je ne suis pas une passionnée des musées, j’y vais assez rarement. Mais je crois que ce musée là a été notre moment préféré à tous les deux durant ce voyage. Lui a apprécié les énormes tableaux de Raphaël et moi l’architecture du bâtiment. Je ne suis pas spécialement sensible à ce genre de choses mais là c’était vraiment ma-gni-fique.


Quand nous avions fini de rêver, nous sommes repartis pour le Science Museum. Rien à voir, ce musée se rapporte à tout ce qui touche à la science, de l’espace aux voitures en passant par les avions, le corps humains, les robots…

Les monuments
Evidemment, que serait une visite de Londres sans aller voir le palais de madame la reine. Rien. Du coup nous sommes passés au Buckingham Palace et au risque de me faire des ennemis parmi les « Elizabethers », je n’ai encore pas trouvé ça exceptionnel, c’est un joli bâtiment mais c’est tout. C’est peut être mieux d’y aller pendant la relève de la garde à 11h.


Ensuite, direction le Big Ben en passant par la Westminster Abbaye.


Nous sommes passés sur le pont qui longe le Palace of Westminster et le Big Ben, d’où l’on peut voir également la grande roue London Eye.

Lundi – Sky is the limit

Tower Bridge
Direction l’est de Londres et son fameux pont. Nous sommes sortis du bus juste devant le London Bridge pour le traverser et longer la tamise jusqu’au deuxième pont, le Tower Bridge. Celui ci est grandiose : son architecture et la couleur bleue de ses câbles le rendent magnifique. Nous sommes repartis de l’autre côté en passant par la Tower of London, la forteresse où reposent entre autres les bijoux de la reine. Malheureusement le prix de l’entrée ne rentrait pas dans notre budget alors nous nous sommes contentés de se promener à côté sur de mignons pavés, au milieu des flashs et des groupes de touristes.

Un jardin dans le ciel
Un peu plus au Nord, se trouve un endroit que je ne voulais absolument pas rater : le Sky Garden. Ce bar-restaurant entièrement vitré se trouve à 155 mètres de haut et nous offre une vue incomparable sur tout Londres. C’était magnifique. C’est vraiment un endroit à faire car en plus l’entrée est gratuite pour ceux qui veulent juste admirer la vue, il n’y a pas d’obligation de consommer.
Si vous voulez y aller, je vous conseille le matin. Après 11h, il risque d’y avoir des bouchons pour prendre l’ascenceur.

Les marchés
On repart des étoiles plein les yeux direction le Leadenhall Market, qui apparaît dans le film de Harry Potter. Pas de bol, en ce jour de Pâques c’était fermé mais on a pu admirer les jolies façades des boutiques rouges et leurs ornements dorés.


Jamais 1 sans 2 (c’est pas ça qu’on dit?), nous nous dirigeons vers le Old Spitafield Market, un autre marché cette fois ci un peu plus animé. On y trouve des habits, du même style que l’on retrouve sur tous les autres marchés de Londres, mais aussi de la nourriture. Fort heureusement pour nos estomac qui commençaient à gronder, il y avait des stands de « nourriture du monde » un peu comme à Camden. Nous avons jeté notre dévolu sur des plats Malaisiens et c’était vraiment succulent.

Shoreditch et ses friperies
Nos ventres bien remplis, nous aurions bien aimé faire une sieste mais il y avait bien mieux à faire : Shoreditch. C’est un quartier très sympas, bourré d’immenses graphittis, où se mélangent les touristes et des locaux aux tenues parfois assez extravagantes. Et pour cause, les friperies sont partout ! Autant vous dire que c’était mon paradis. Je traversais de rue en rue pour dénicher la perle rare mais je n’ai malheureusement rien trouvé. Trop cher, toujours le même problème à Londres. Je suis encore revenue bredouille mais pas déçue pour un sous.

Mardi – Camden again

Regent’s Park
Nos pieds nous criaient au secours dès le réveil alors pour ce dernier jour, nous avons poursuivi notre visite à la cool. Départ au Regent’s Park pour une marche matinale et malgré le froid qui s’infiltrait partout sous nos vêtements, nous avons beaucoup apprécié. Je recommande le coin du théâtre en plein air, qui change des impeccables pelouses grâce à des fleurs partout, très bien entretenues par une armée de jardiniers et même un lac avec toutes sortes de canards qui se dorent la pilule au soleil.
Mais bon, les fleurs et la basse cour c’est bien beau mais j’ai encore une bonne partie de Camden à visiter moi alors on sort et en se perdant nous sommes tombés dans une rue trop mignonne, bordée de maisons colorées, à la façon de Notting Hill. Du coup, je ne regrette plus trop de ne pas avoir pu visiter ce quartier.

Camden Town
Direction le Camden Lock Market où l’on traîne dans tous les recoins pouvant cacher une boutique intéressante. Et Dieu sait qu’il y en a ! Comme dirait Mr Mite, « en fait c’est un souk en mieux organisé. » Je trouve que ça résume bien les marchés de Camden : c’est un joyeux bordel presque rangé. C’est bien simple, on y trouve de tout comme des fripes (qui sont moins chères qu’ailleurs à mon humble avis), des souvenirs, des créateurs, des affiches rétro… et de la bouffe ! Nous nous sommes remplis la panse dans de charmants stands de nourriture, à l’entrée des marchés. Ce n’est pas donné pour la quantité qu’il servent, mais qu’est ce que c’est bon.

Enchiladas en amoureux, quesadillas délicieux !

Et on repart de plus belle, en passant dans Cyberdog, le magasin aux fringues « futuristes » (qui ressemblent plutôt à des fringues de clubbeurs mais comme des robots géants gardaient l’entrée je voulais y aller). J’ai même trouvé un boutique aaaaabsolument magnifique : Skinny Dip, où l’on y trouve tous les accessoires qui nous font baver sur instagram et que l’on n’ose pas porter (à savoir des sacs coquillages, arcs en ciel, de la moumoute, du palmier, du flamant rose et j’en passe). Du coup je suis repartie avec un sac en moumoute rose qui apparemment, fait mamie. Tant pis je serait une mamie super stylée.

Bière au jardin de la bière
On ne dirait pas mais arpenter les rues de Camden et slalomer entre les marchands, ben ça fatigue. Nous nous sommes donc posés dans un pub, affectueusement appelé « le jardin de la bière », que nous avions repéré un peu plus tôt. Une terrasse à Londres c’est assez rare alors quand on en trouve une à l’abri au bord de l’eau c’est le jackpot. En plus le soleil avait décidé de se montrer pour la première fois de la semaine alors nous avons pu profiter de ces derniers instants et dire intérieurement au revoir à cette ville surprenante.

 

Si vous ne l’aviez pas compris, je repars ruinée. Ruinée mais contente de mon séjour. Cette semaine que j’ai passé à Londres a changé l’image que j’avais de l’Angleterre comme un pays froid (bon littéralement c’est pas totalement faux) et pas si incroyable que ça. Je ne connais pas le reste du pays, mais en tout cas Londres est une ville tellement magnifique, magique, envoûtante. Ça ne me déplairait pas d’y retourner (au moins pour aller aux studios d’Harry Potter) même s’il y a encore tant d’endroits inconnus à découvrir à travers le monde.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé de Londres ? Envie d’y aller ?

0
Marion
Marion

Étudiante en communication sans futur fixe, j’aime la forme des ananas, la couleur des cocktails et vivre là ou il y a des palmiers. À la recherche d’ originalité partout et tout le temps, je n’aime pas causer du coup j’écris pour partager mes découvertes en tout genre. Sinon, j’aspire à conquérir le monde.

2 Comments

Leave a Comment