Voyages

Les clichés sur l’Amérique profonde… Pas si clichés que ça

2mepo_ranch_usa_cerf_nature

Salut à tous, me revoilà avec un complément du compte rendu sur ma période passée dans un ranch aux États Unis. Si vous avez raté le fabuleux récit de cette aventure qui sentait bon l’herbe sauvage des prés et le crottin frais c’est par ici.

C’est toujours quand on part à l’étranger que l’on se rend compte de sa culture et de ses différences avec celle du pays que l’on visite. Si bien que parfois, on se retrouve un peu perdu, les yeux grands ouverts, le menton qui touche par terre face à des actions ou des faits que l’on ne verrait jamais dans notre pays. Mon seul voyage aux USA avant celui ci était à New York alors autant vous dire que la culture y est encore très différente par rapport à l’endroit où je suis partie cet été, et pourtant c’est dans le même État. Je pense qu’il y a une grosse différence entre les villes que l’on peut visiter comme New York, San Francisco ou Los Angeles et l’Amérique… profonde. Oui, celle où l’on peut encore trouver de vrais Cow Boys aux jambes arquées, déambulant sur des routes droites et interminables, jalonnées de petites villes aux commerces parfaitement alignés, ou de fermes abandonnées visibles au loin par leurs silos… le tout sur une bande son à la A-YO de Lady Gaga Le Bon, la Brute et le Truand d’Ennio Morricone. Vous l’aurez compris, on est plutôt dans une ambiance Western.
Je veux donc vous parler de cette Amérique là, celle qui n’est pas si loin des clichés que l’on en a…*
Cette Amérique vraie et attachante, celle qui est bien loin du rêve Américain, l’Amérique simple, de tous les jours et pourtant trop méconnue.

Je tiens à préciser que c’est mon propre point de vue par rapport à notre culture et qu’en aucun cas je ne voudrais en faire une généralité pour tous les américains de partout, c’est quand même un bon petit pays avec beaucoup de personnes aux cultures très différentes. J’ai vraiment adoré mon expérience dans l’Amérique « méconnue », (voire très très perdue) et j’invite les futurs visiteurs à visiter ces parties oubliées, et pourquoi s’inviter chez un américain pour vivre comme eux car c’est assez dépaysant.

Voici donc, des faits sur les américains. Du moins, les américains de l’Amérique profonde. Enfin, l’Amérique profonde vers Buffalo. Au sud de Buffalo, bien plus au sud.

Mais avant, une petite leçon de géographie :

Carte humoristique de New York

La nourriture

  •  Ils ne mangent quasiment que des plats préparés parce que : 1 c’est moins cher que les produits frais, 2 il n’y a pas de risques de chopper un microbe/bactérie/OGM/Pesticide/truc dangereux. A savoir, leur politique sur les OGM est beaucoup plus laxiste qu’en France, alors on peut les comprendre, ils n’ont pas forcément envie de ressembler à …

giphy-2

  • Mon passé dans les grandes surfaces m’a permis de remarquer une chose : les rayons nourritures ne prennent qu’un ¼ des célébrissimes magasins « Walmart ». Mais avec quoi remplissent ils tous ces mètres carrés ? Des vêtements, des produits de nettoyage, des armes … Oui des armes ! Parait il que dans certains États on peut en trouver en libre service. Ça fait super sympas au milieu des croissants et des muffins. (Erreur, pas de croissants là bas) Dans le coin où je me trouvais, il n’y avait « que » des pièces détachées.
    Cette remarque m’a mené à une conclusion élémentaire certes, mais pleine de sens : je les soupçonne de ne pas aimer manger. Je veux dire, apprécier cela en tant qu’ activité à part entière très ludique et savoureuse comme tout le monde … pas vous ?
  • Il y a un taux d’obésité incroyable. Un jour, j’ai accompagné une de mes compagnonne d’infortune à l’hôpital et dans la salle d’attente il y avait, croyez le ou non, des sièges normaux et des sièges doubles. C’est à dire un siège mais avec 2 fois plus de place… entre le banc et le siège si vous voulez. Prévus justement pour les obèses. Je dois dire qu’au début ça m’a fait un choc, c’est un vrai problème là bas.
  • Ils aiment BEAUCOUP les fast food ou tout ce qui peut se manger en voiture, à « l’american style » comme nous le précisait très fièrement notre boss. Et pas question de s’arrêter pour grignoter dedans mécréant, on va au drive et on mange au volant. Au pire on s’arrête au bord de la route 200 mètres après (vécu, quelqu’un a une explication ? ).
  • Au Mc Do, l’Ice tea, c’est littéralement du thé glacé. ça aurait du me mettre la puce à l’oreille quand on m’a demandé entre du non sucré, moyennement sucré et très sucré. Ayant en tête que c’était le pays de tous les excès et que j’allais me retrouver avec un gobelet de sucre accompagné de sa boisson, j’ai choisi le non sucré. J’ai alors bu ce qui ressemblait à du thé un peu fadasse noyé dans un grand gobelet d’eau. Bof bof. Comme quoi, ici au Mc Do on peut choisir de manger « healthy » !
    5elementmcdo

    La politique

  • Par rapport à nous, ils sont très patriotiques. Le drapeau américain flottait sur pratiquement toutes les maisons, et il n’était pas rare d’entendre l’hymne national pendant des cérémonies, fêtes etc… Quand j’avais demandé à notre boss pour quelle raison il y avait tant de drapeaux un peu partout, elle m’a répondue que déjà c’était la fête nationale (imbécile) et qu’ils étaient vraiment très attaché à leurs pays. Simple non? Pour vous montrer à quel point ils sont attachés à leur drapeau, il y a même un « flag code » qui stipule les règles à suivre avec le « Stars and Stripes ». Pour vous donner un aperçu, on y retrouve des règles plutôt communes et d’autres un peu plus loufoques comme : « Le drapeau ne doit pas servir à couvrir un plafond », « Le drapeau ne doit jamais être piétiné », ou encore « Le drapeau doit être nettoyé et réparé si nécessaire ».
  • Les forces de l’ordre sont assez … enfin… un peu plus… « dans le pouvoir ». En particulier les douaniers, qui se font un malin plaisir de crier sur un malheureux qui aurait avancé sans avoir attendu leur permission, ou de retenir des voyageurs longtemps même s’ils ont tous les éléments nécessaires pour les faire passer (au hasard, moi, et ça les faisait bien marrer). Notre boss nous avait d’ailleurs déconseillé d’arriver dans certaines villes que je ne citerai pas car, « ils semblent faire un excès de zèle ». Ça n’arrive pas tout le temps mais je vous conseille de bien vous préparer si jamais vous avez prévu de partir pour une longue durée : adresses d’hôtels, d’amis, famille… Surtout si vous n’avez justement pas prévu d’aller à l’hôtel.
    Cependant, ça peut parfois être assez drôle. Je crois qu’un de mes meilleurs souvenir était celui d’un policier qui est arrivé au ranch accompagné des ambulances suite au malaise de l’un de nos collègues. Il est descendu de la voiture, lunettes des soleil sur le front, mains à la ceinture, démarche de cow boy. Il s’est approché du malade, qui luttait contre la douleur soit dit en passant, pour lui lancer un… « What’s up Kevin? ». Dans le genre « shérif » on ne peut pas faire mieux et malgré la situation assez tragique, je n’ai pas pu m’empêcher d’esquisser un sourire.
  • On a sondé les américains avec qui on était assez proche pour pouvoir leur demander pour qui allaient-ils voter aux prochaines élections. Ils ont tous dis « Trump » d’un air détaché et serein. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’étaient pas que des personnes qui n’ont pas fait d’études, des personnes âgées, des hommes… Oh non. Voilà vous faites ce que vous voulez de ça.
    giphy-1

    La géographie

  • Sans surprise, pour eux la France c’est bien souvent… Paris. Et grand Dieu, ça a l’air d’être le paradis pour eux. Je me rappelle d’une petite fille qui était extrêmement impressionnée de savoir que j’avais déjà visité Paris et qui plus est … Suspens… La Tour Eiffel. C’était Oh-My-God-So-Incredible. Elle était tellement excitée que c’en était trop mignon. J’ai été cependant agréablement surprise que certains connaissaient Marseille et même Montpellier alors que moi, j’ai du mal à situer Chicago sur une carte. Bon il est possible qu’ils aient faits semblant pour me faire plaisir aussi. A étudier.
  • Comme le montre cette bouteille de « Budweiser », la bière la plus populaire aux État Unis (et nous vous méprenez pas à cause du nom, c’est bien américain), pour eux l’Australie est un continent.
    15409658_1185359454892872_1318934415_o
    Hein? Après avoir pris un bon fou rire au restaurant, j’ai fait mes petites recherches. Il se trouve que si vous tapez sur Google « Australia or oceania », vous allez tomber sur de nombreuses questions qui portent sur le sujet. De ce que j’ai pu comprendre c’est que ce n’est apparemment clair pour personne sur lequel des deux est le continent car même Wikipédia (belle référence) défini le continent par « Australia ». Pour certains l’Océanie est une région, et l’Australie est un pays et à la fois un continent. Pour d’autres, l’Océanie est un ancien terme et par l’habitude de dire Australia, c’est devenu le terme « officiel ». Et pour aller plus loin, on apprend ça dans plusieurs autres pays. Le débat est ouvert.
  • L’accent anglais est apparemment super sexy pour eux. (Et oui, je vous assure qu’il y a une sacré différence avec l’accent américain).
    En revanche on ne m’a jamais complimenté sur mon accent français. Bizarre.

    bonjourLa culture

  • IL est normal de croiser des personnes affublées d’un chapeau de Cow boy, de bottes en cuir avec la chemise à carreaux rentrée dans le jean. Homme ou femme, ça doit être à la mode à Buffalo. Ce qui est génial, c’est que c’est totalement normal. Personne ne va se retourner sur une personne vêtue de la sorte, non, tous les styles cohabitent plutôt bien.
  • La climatisation est O-BLI-GA-TOI-RE. La clim dans les restaurants, la clim dans les hôpitaux, la clim à toutes les fenêtres… ça m’a coûté une bonne grippe (allez un gros rhume) et j’ai assisté à un « lancé de clim » depuis deuxième étage, quand une personne a essayé d’ouvrir la fenêtre qui la tenait. Elle s’est bien sur écrasée au sol accompagnée d’un joli et doux fracas. Pour la discrétion des français on repassera. Morale de l’histoire : toujours repérer où sont les climatisations quand on rentre dans un appartement, et prévoir un pull pour aller au restaurant, surtout en été.
  • Pendant les fêtes ils utilisent vraiment… des (gros) gobelets rouges. Oui, ces fameux gobelets que l’on voit dans toutes les soirées étudiantes dans les films, eh bien ce n’est pas pour rien. Sait-on jamais, ça peut être utile de savoir ça.
    giphy4
  • Ils ne font pas la bise, mais des « hug ». La bise c’est pour les intimes, et encore.
  • En général, ils sont quand même super sympas. Du moins accueillants, enfin je ne saurai l’expliquer mais ils ont le contact plus facile. Et contrairement à ce que j’ai pu entendre ou lire, je ne pense pas que ce soit une forme d’hypocrisie ou d’excès de bienséance, mais un trait de caractère qui nous est un peu étranger et que l’on a du mal à comprendre. Dans notre culture, on accorde une grande importance à notre espace vital et à celui de l’autre, c’est pourquoi on peut vite se retrouver mal à l’aise face à tant de « sympathie ».
  • Pourtant, je ne me suis jamais sentie mal à l’aise ou oppressée, et ce même à New York. J’ai trouvé qu’on se faisait moins aborder que ce soit pour lâcher un commentaire inutile sur notre sourire-déhanché-cheveux-pied-oreille-orteil mais aussi pour donner des tracts ou demander de l’argent… Il y en a bien sur, mais en moins lourd. Pour vous dire, à mon retour en France, je ne me serais jamais attendue à me sentir paniquée en arrivant à Paris (que j’aime beaucoup) par cette atmosphère qui je ne saurai l’expliquer, est légèrement moins agréable.will-smith
  • L’image de soi est très importante. Si tu n’as pas de pick up, que tu n’as pas de maison, et pis encore, si ta pelouse n’est pas impeccable, tu n’as pas réussi ta vie et tu es une très mauvaise personne.
  • Revenons en à la pelouse. Sérieusement, c’est une vraie obsession. Je n’ai jamais vu autant de personnes tondre leur gazon en si peu de temps. Pour vous donner une idée, au ranch il y avait un malheureux attitré à pelouse qui la tondait tous les matins. On peut quand même leur accorder ça, ils ont le souci de la perfection.

Et voilà, sur ces belles paroles on se quitte avec une image de belle pelouse.

2mepo_blog_voyage_ranch_amrique_profonde

… Et une bien belle citation.

Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie

Lamartine

Voilà, maintenant que vous en savez un peu plus sur des faits et des clichés américains pas si faux que ça, vous pourrez les placer dans une conversation.

Si vous êtes déjà allé aux États Unis, quelles étaient vos impressions, les faits marquants ou les différences que vous avez ressenties ?

0
Marion
Marion

Étudiante en communication sans futur fixe, j’aime la forme des ananas, la couleur des cocktails et vivre là ou il y a des palmiers. À la recherche d’ originalité partout et tout le temps, je n’aime pas causer du coup j’écris pour partager mes découvertes en tout genre. Sinon, j’aspire à conquérir le monde.

Leave a Comment