Voyages

Week-end à Paris : les adresses d’une provinciale

2mepo-mode-paris-sac-1024x465

Parfois bruyante, quelques fois calme, un peu de soleil, beaucoup de pluie, des piétons pressés, le klaxon des voitures, le courant d’air du métro, l’architecture des immeubles, le street art, les cafés, les hauts plafonds, la moue des parisiennes, la variété, la mixité, l’originalité… Welcome to Paris! Le week-end passé, c’était un séjour un poil improvisé dans la capitale. Au programme : marche, remarche et encore marche. Mais aussi du shopping, un musée, des restos et beaucoup de photos. J’adore cette ville où tout est possible, c’est tellement vivant. Mais pour profiter en si peu de temps, encore faut il savoir où aller. Je partage donc avec toi, provinciale ignorante* ou parisien(ne) qui sait, les adresses que j’ai pu tester pendant ces trois jours intensifs.

*Véridique, la ou le provincial(e) est vraiment une espèce pittoresque reconnue en tant que telle .


Une friperie

Kilo shop
69-71 rue de la verrerie, 4e

On commence avec les vêtements comme ça c’est fait. Juste deux toutes petites boutiques et après c’est fini. Non mais, il y a autre chose à faire que dilapider son argent dans des vêtements à Paris (mais dilapider son argent tout court par contre…). Bref.
Atteinte de démence, j’avais décidé de faire le tour de toutes les friperies et concept stores du centre de Paris lors d’un voyage précédent. Evidemment, je n’ai pas pu tout faire ni tout voir mais j’en ai quand même vu passer des kilomètres de tissus. Et la boutique en tête de mon classement n’est autre que… roulement de tambours… Kilo shop Kawaï ! Pourquoi? Eh bien c’est simple, les fringues sont très bien sélectionnées, il y en a pour tous les goûts : pour les jeunes, les moins jeunes, les sobres, les too much… Et puis c’est rangé. Enfin rangé façon friperie mais disons que l’on ne se noie pas dans une pile de vêtements déchirés ou puants. C’est étroit mais bizarrement on arrive à circuler sans devoir (trop) se pousser et agresser les malheureuses qui oseraient nous arracher des mains le chemisier de nos rêves. Et le top c’est que s’achète… au kilo! Tu prends, tu pèse sur les petites balances mises à disposition en appuyant sur la couleur qui correspond au badge sur ton vêtement et hop ça te sors le prix. Fastoche. Du coup, on peut faire de sacrés bonnes affaires parfois, comme le sac sur la photo que j’ai eu pour la modique somme de 8 euros.

2mepo-mode-paris-sac

Autant dire que j’y retourne à chaque fois que je monte sur Paris. (elle a rien de mieux comme occupation celle là? Non.) En plus il y a pas mal de friperies dans la même rue et aux alentours. Le bonus, c’est que ce n’est pas loin du centre Georges Pompidou pour les férues d’art contemporain et des Halles pour les shopping addicts.

J’en ai profité pour faire un « shooting » dans les rues. Je met entre guillemets car ça fait tellement pro de dire shooting. Entre les passants, mon envie d’éclater de rire à chaque photo, les allers-retours pour me prendre en train de marcher, mes râlements, on est encore loin du professionnalisme. Mais c’est tellement drôle.

2mepo-mode-paris-plaid-jean-troue-marche

Puis j’ai trouvé cette porte bleue, à l’écart, un poil abîmée, parfaite. C’est fou ce qu’on s’intéresse à des détails quand on aime la photographie.

2mepo-mode-paris-plaid-jean-troue

Je n’ai pas fait dans l’original, c’est vrai. Déchiré avec abîmé, métal avec métal. Mais bon, pourquoi se contenter d’un seul fond quand cette ville regorge d’arrières plans.

2mepo-mode-paris-tour-effeil-boucle-doreille

Petite parenthèse fermée, passons à la suite.


Une boutique

Monki pour l’originalité
94 Rue de Provence, 9eme

Cette marque Suédoise (trop forts ces scandinaves) est pour le moins des plus originales. Concernant les vêtements, le style est assez jeune, pas très discret et les coupes sont plutôt amples et longues. On peut y trouver toutes sortes d’accessoires, des pochettes futuristes aux chaussettes ornées de pandas (ou des licornes, pizzas, œufs au plat au choix). J’aime aussi et surtout aller dans cette boutique ne serais ce que pour la déco : lumière tamisée, plein de couleurs partout, ça brille et il y a un carrousel qui nous présente une collection de crop tops. En plus, les prix sont relativement corrects.

Située en plein centre, cette boutique est juste derrière les galeries Lafayettes, cachée dans le passage de la Provence.

2mepo-galeries-lafayettes


Un café

Le pavillon des canaux pour boire un café dans une baignoire
39 quai de la Loire, 19 eme

Une baignoire. Mais bien sûr. Pourquoi boire son café dans une vulgaire salle de bain quand je peux le faire chez moi dans mon canapé avec mon plaid? Honnêtement, je ne sais pas. Juste pour le kiff de l’avoir fait et de pouvoir le sortir lors d’un dîner mondain. Mais je vous rassure, on peut aussi travailler ses cours dans un fauteuil de grand mère, bruncher sur la terrasse, discuter dans une chambre à la déco très chargée… Une maison qui nous fait sentir mieux qu’à la maison. Ce café restaurant en face du bassin de la Villette est le genre d’endroit où l’on fini par y passer des heures. C’est calme, cosy, et dans le vent. Ils font dans le tout en un, en plus de réviser ses cours, boire un coup ou manger un brownie, on peut aussi faire un tour dans l’épicerie et repartir avec un tote bag et un mug histoire d’avoir la panoplie du touriste, ou encore d’assister à leurs événements en tous genres : cours de yogas, ateliers massages, DiY, projections de courts métrages… Je n’ai pas encore participé à une de leurs activités mais ça m’a l’air sacrément tentant tout ça.


Un resto

Aki pour ses Okonomiyaki
11 bis Rue Sainte-Anne, 1 er

Okono quoi? On m’a fait découvrir cette omelette (galette, crêpe, mixture?) japonaise originaire d’Osaka au nom imprononçable il y a peu, et depuis je suis devenue une vraie fan. Alors ni une ni deux, je suis retournée dans ce restaurant car elles sont vraiment excellentes. Le principe est de cuire un mélange d’œuf et de légumes, qui donne une sorte de galette et on rajoute soit de la viande, des crevettes, du poisson…à vrai dire je ne sais pas trop quels sont les légumes en question mais je vais tenter d’en faire chez moi tellement j’adore ça. Et le top, c’est qu’ils rajoutent du poisson séché, coupé très finement. C’est tellement léger qu‘avec la chaleur ils bougent dans tous les sens, on dirait que le plat est vivant. J’ai filmé ça sur notre instagram (ici) pour la petite démonstration. Bien sur, il y a d’autres plats japonais à la carte mais c’est l’occasion de découvrir quelque chose de relativement peu cher que l’on trouve très rarement (ça conviendra aussi pour se la péter lors d’un dîner mondain). Par contre, l’inconvénient c’est qu’en général les restaurants dans cette rue ont un certain succès alors si l’on ne veut pas attendre dans une file sur le trottoir il vaut mieux y aller en semaine, ou à une heure en dehors des heures de pointe. On a dû revenir à 15h le samedi du coup, et il y avait encore des gens devant nous. Mais l’avantage c’est que ça va très vite, ce n’est pas le genre de restaurant où l’on reste 3 heures à discuter après avoir fini, faut que ça tourne !


Une balade

Le Marais, pour le street art

Le Marais est le lieux aux milles et un musées mais aussi aux galeries d’art en tous genres. C’est calme et ça change d’une promenade le long de la Seine. On peut se perdre dans les ruelles, se laisser guider par les panneaux des lieux touristiques à visiter ou aller casser la croûte au marché des Enfants Rouges. C’est couvert, et pourquoi pas se laisser tenter par un des nombreux restaurants qu’il contient. C’est l’occasion de découvrir des spécialités sous une bâche chauffée, à condition d’accepter de partager sa table avec d’autres inconnus et affamés. Ce qui m’a plu dans ce quartier c’est d’apercevoir les tags, les trompes l’œil et les petits personnages en pixels présents sur les murs. Et parce que des photos valent mieux que mille mots (quoi c’est pas ça l’expression?), voici un aperçu de ce qu’on peut apercevoir dans le coin d’une rue, au détour d’une autre ou sur une façade.

2mepo-marais-treet-art-pieuvre 2mepo-marais-street-art-tag 2mepo-marais-street-art-pixel4 2mepo-marais-street-art-pixel22mepo-marais-street-art-pixel3 2mepo-marais-street-art-pixel

2mepo-marais-art-mairie2mepo-marais-street-art-levrediamant

Bons baisers du boulevard Beaumarchais 🙂

Si vous avez d’autres adresses incontournables, originales ou tout simplement sympas que j’ai manquées (et Dieu sait qu’il y en a) n’hésitez pas à m’en faire part. Cela peut sauver plus d’un week-end.

0
Marion
Marion
Étudiante en communication sans futur fixe, j'aime la forme des ananas, la couleur des cocktails et vivre là ou il y a des palmiers. À la recherche d' originalité partout et tout le temps, je n'aime pas causer du coup j'écris pour partager mes découvertes en tout genre. Sinon, j'aspire à conquérir le monde.
Leave a Comment