Voyages

4 manières originales de rater son voyage en beauté

banque-image#4

Aux futurs voyageurs, qui ont pris leur billet d’avion et se demandent maintenant ce qu’ils vont faire pour rendre leur séjour inoubliable. Bienvenue, vous êtes au bon endroit.
Voyageuse en herbe, spécialiste des boulettes, flirte avec la poisse à mes heures perdues, je ne pouvais pas commencer le blog sans vous donner de précieux conseils pour rater votre voyage en beauté et le rendre ainsi, assurément gravé en mémoire.

Attention, ce qui va suivre est inspiré de faits réels.

un

Ne pas apprendre un mot de la langue 

On dit que les français ne sont pas les plus doués en matière de langues étrangères. A l’époque, j’étais parmi les moins doués des français en langue étrangère. Avant de partir à New York, j’avais appris quelques phrase totalement indispensables selon les manuels qui se sont avérées totalement inutiles. Et qu’à cela ne tienne, au moment de parler anglais mon double maléfique prend possession de mon cerveau et me fait parler dans toutes les langues. Ça donne des phrases du type «Can I tener la cuenta please ? ». Si vous n’avez pas de double maléfique, faites un petit effort pour mélanger les langues, ça viendra tout seul. Si vous avez pris allemand deuxième langue c’est parfait. Mais mélanger les langues c’est bien, parler en français avec l’accent anglais, c’est mieux. C’est prouvé, ça améliore la compréhension… Et c’est encore plus classe de l’utiliser pour passer la douane à l’aéroport. Si je n’avais pas déjà attiré l’attention avec mes exclamations « C’est comme dans les films ! » alors qu’on était à peine sorties de l’avion, là c’était gagné haut la main ! Donc au moment de passer les fameuses questions du douanier avant d’être libres comme l’air dans la grosse pomme, c’était le festival des pirouettes pour tenter de se faire comprendre sans passer pour une demeurée. Raté. A la question « vous restez combien de temps ? » J’ai osé lui répondre…. « Euh… Enviwon one week. ». Exaspéré, il m’a très vite laissé partir.

deux

Se faire détester de la population

Il y a une chose qui m’insupporte quand je voyage, c’est le fait d’être une Touriste. Embêtant n’est ce pas. Être une Touriste c’est bien plus qu’un statut, c’est tout un concept. Mais ne devient pas Touriste avec un T majuscule qui veut. Le Touriste n’est jamais content, il trouve que c’est plus cher que dans son pays, que c’est trop épicé, qu’il y a plus de nuages… et surtout, il le fait savoir. Parce que oui, le Touriste est un militant, il pense pouvoir changer le monde pendant ses vacances. Du coup, il ne s’adapte pas au pays c’est au pays de s’adapter à lui. Mais son voyage sera bien sur « fabuleux » ou encore « sensationnel » quand il le racontera à ses amis. En somme, le Touriste est un c*nnard (connard pour celles et ceux qui n’auraient pas compris, mais ici on est polies alors on dit pas de gros mots). Mais à mon sens, c’est le meilleur moyen de se faire détester par la population et ainsi, se retrouver dans des situations plus que gênantes qui pourraient marquer à vie votre voyage.
NB : vous pouvez aussi exercer votre âme de Touriste au restaurant avant de partir. Mais inspectez tout de même le plat : quelqu’un a probablement craché dedans. Sinon, posez quand même la question, on ne sait jamais, peut être qu’ils ne vous détestaient pas encore assez.

trois

 

Y aller sans rien prévoir, comme dans les films.

« Deux billets aller simple pour le prochain vol s’il vous plaît » ça, ça ne marche que dans les films romantiques. Ils se retrouvent (oui c’est toujours un couple) dans une destination de rêve, à dormir sur une plage de sable fin en amoureux. Vous au mieux, vous vous retrouverez à Dunkerque (pardon pour les dunkerquois et dunkerquoises, c’est juste que le nom n’envoie pas du rêve), à dormir sous la pluie si vous ne vous faites pas dévorer avant par une bête féroce. Du coup, vous vous disputerez parce que c’est de sa faute (peu importe de quel côté vous êtes, c’est toujours de sa faute), vous voudrez partir chacun de votre côté mais justement, la bête féroce a volé vos portefeuilles avec tous vos papiers. On a vu mieux comme week-end romantique mais c’est l’idéal si vous voulez aussi gâcher le voyage de votre conjoint ou avoir quelque chose à raconter aux futurs petits enfants.

quatre

 

Rater l’avion tout simplement

J’aurai pu faire tout un article sur l’art et la manière de rater son avion. Mais je pense que vous êtes assez créatifs pour cela alors je n’ai retenu que quelques pratiques toutes plus efficaces les unes que les autres :

  • Découper les bords de sa carte d’identité/passeport (oui c’est arrivé, les joies de partir à l’étranger avec sa classe), vous serez stoppé avant même d’avoir pu apercevoir l’avion.
  • De même que se rendre compte à l’aéroport que votre passeport est périmé, que vous avez oublié des vaccins ou encore que … bref la paperasse reste très efficace si l’on ne veut pas décoller de son pays.
  • Se rendre à l’aéroport en transport en commun, sans s’y prendre 10h à l’avance. Sauf si vous habitez à Paris, prenez votre voiture, c’est bien plus long que les pannes de métro.
  • Se tromper de jour ! Je suis extrêmement tête en l’air mais cela ne m’est encore jamais arrivé. Heureusement. Sans regarder votre billet, vous partez à l’aéroport alors que vous deviez embarquer la veille. Ou alors, vous devez partir le lendemain mais comme il n’y a plus de transports en commun pour rentrer, vous allez passer une joyeuse nuit sur les sièges de l’aéroport.

Avec ces astuces, normalement, vous pouvez passer un sale moment. Mais elles peuvent servir aussi à éviter ces petites mésaventures si vous êtes plutôt du genre à apprécier les voyages 🙂

0
Marion
Marion
Étudiante en communication sans futur fixe, j'aime la forme des ananas, la couleur des cocktails et vivre là ou il y a des palmiers. À la recherche d' originalité partout et tout le temps, je n'aime pas causer du coup j'écris pour partager mes découvertes en tout genre. Sinon, j'aspire à conquérir le monde.
Leave a Comment